strandmeer[1]

 

Ameland

 

Et je recommence à marcher / sur la ligne brisée du soleil

Et je hurle que je marche /en pays du Nord/ sous le soleil

 

                                         le miroir des cow-boys(l’ai-je

                                                                    en poche ?) éclate

; perdu mes colts ?

 

Et je chante

 

Plusieurs heures dans un sentier vide / le long de la grève

Plusieurs heures avant d’arriver dans le ciel éclatant

                                                                            de ma faim

- dans l’ombre, j’entendais reculer le rire  des

                                    buveurs attablés à la table du soleil

Et déjà je suis perdu

Les vagues ont emporté la terre

Les bouteilles sont vides, éparpillées sur la plage     

 

Et je me mets à genoux

O Diotima ! O Diotima !

M’as-tu envoyé ici pour que je pleure / au bord accéléré                                                                                               

                                                                                      des vagues /

toutes les femmes englouties

Diotima ! Diotima !

Pourquoi les femmes courent-elles se perdre au loin /

                                                                           bondissant sur

les pierres et traversant les herbes

                                         de la mer ?

Et je rejette les crachats de l’ultime lumière

Assis sur le trône des Dieux, bordé de lèvres salées,

                                                                              je songeais que

la longue nuit allait survenir avec / pour la dernière fois /

                                                                       l’escorte de  Nereus

 

ô pierres trop précieuses d’Oceanos

- Punch & Judy Show –

- Au revoir !,  dit l’oiseau moqueur

- Au revoir !,  dit la nuit à l’oiseau moqueur qui s’enfuit

 

Les barils de la mer sont cerclés de l’onguent nocif

                                                                      des émeraudes

Avec la ceinture des émeraudes

ô Diotima

je ferme la bouche de mon amour

                                                    Heilige !                    Heilige !

 

Précipité du Char d’Hélios / je m’engloutis dans le sable

Et tout est clair

                          Quand je ramasse les cendres de la vérité.

 

Traduit du néerlandais par Denise Le Dantec

Revue « Vagabondages, N°28-29, Mars / Avril 1981

Atelier Marcel Jullian, 1981