akhmatova1[1]

 

 

Epilogue, 1

 

J’ai vu comment les visages se défont,

Comment on voit la terreur sous les paupières,

Comment des pages d’écritures au poinçon

Font ressortir sur les joues la douleur,

Comment les boucles noires et cendrées

Ressemblent soudain à du métal blanc.

Le sourire s’éteint sur les lèvres dociles

Et la peur tremble dans un petit rire sec.

Si je prie, ce n’est pas pour moi seule,

Mais pour tous ceux qui ont avec moi attendu,

Dans le froid féroce, ou sous la canicule,

Au pied du mur rouge, du mur aveugle.

 

Traduit du russe par Jean-Louis Backès

In, Anna Akhmatova : « Requiem, Poèmes sans héros et

autres poèmes »,

Editions Gallimard (Poésie), 2007

De la même auteure :

Troisième élégie (04/07/2016)

Solitude /  Уединение (04/07/2017)

« Les uns échangent des caresses ... »  (04/07/2018)

Premier avertissement / Первое предупреждение (04/07/2019)

 

 

Эпилог, I

 

Узнала я, как опада́ют лица,

Как из-под век выглядывает страх,

Как кли́нописи жёсткие страницы

Страдание выводит на щеках,

Как локоны из пепельных и чёрных

Серебряными делаются вдруг,

Улыбка вянет на губах покорных,

И в сухоньком смешке дрожит испуг.

И я молюсь не о себе одной,

А обо всех, кто там стоял со мною,

И в лютый холод, и в июльский зной,

Под красною ослепшею стеною.

 Poème précédent en russe :

Evgueni Alexandrovitch Evtouchenko  / Евге́ний Алекса́ндрович Евтуше́нко  : « Non, je n’ai pas besoin d’une chose à moitié… »  / « Нет, мне ни в чем не надо половины… » (14/03/15)

Poème suivant en russe : 

Vladimir Vladimirovitch Maïakovski  / Владимир Владимирович Маяковский  : Prologue à la Tragédie « Vladimir Maïakovsky » / ПРОЛОГ (28/08/2015)