Repository[1]

 

celui qui aime

volets clos pierre du pays ce langage

que ceux-là ne parlent pas – ne parlent jamais

ils disent volets pierres pays, en murmurant

mais

se comprennent – comprennent

abeille cendre gel vol d’oiseaux

cloche du soir du labeur cloche brisée

le petit garçon est mort, le vieux s’en va

la vie : continue le champ attend

 

celui qui aime

parle à voix basse : ciel gris nuit de veille fuite

grive lièvre et fougère cachent

celui et forêt et rivière.

Ils se comprennent

celui est roi en terre royaume étrange

étranger ne cherche pas : derrière chaque crête

une vie de broussailles un rythme de vie pour

celui qui aime

                                                (celui qui aime)

 

Le bréviaire de l’attente,

Editions José Millas-Martin,1974

 

Du même auteur : « à l’embouchure des lèvres… » (02/07/2016)