44711[1]

Somewhere in the world

 

Une enfant s’est couchée à l’ombre d’un aveugle

Devant le mur chaulé où l’on tua naguère,

 

La poussière est paisible aussi bien que les mouches

Sous le ciel assoiffé d’un peu de sang encore,

 

Le sacré-cœur des assassins est en vacances,

 

Les figures des saints Ignace et Dominique

S’acoquinent aux gueules des gardes civils

Un pus lunaire enfle une charogne à bajoues

Et rien n’allègera l’ignoble ignominie

Qui étend sur le rêve une nuit vermineuse

Rien ne lavera l’or qui embrène l’autel

Ni son pareil au centre du drapeau pesteux.

 

Le point où j’en suis,

Editions Gallimard, 1965

Du même auteur :

Le pays froid (16/06/2014)

Hedera ou la persistance de l’amour pendant une rêverie (11/11/2017)

Les filles des gobes (11/11/2018)