cros[1]

Nocturne

 

                                                                                                                                                                 A Arsène Houssaye.

-----------------------------------------------                   

                    *

Puisque je n'ai plus mon ami,

Je mourrai dans l'étang, parmi 

Les fleurs, sous le flot endormi.

Au bruit du feuillage et des eaux,

Je dirai ma peine aux oiseaux 

Et j'écarterai les roseaux.

Sur le bord arrêtée, au vent 

Je dirai son nom, en rêvant 

Que là je l'attendis souvent.

Et comme en un linceul doré, 

Dans mes cheveux défaits, au gré 

Du flot je m'abandonnerai.

                    *

Les bonheurs passés verseront

Leur douce lueur sur mon front ; 

Et les joncs verts m'enlaceront.

Et mon sein croira, frémissant

Sous l'enlacement caressant,

Subir l'étreinte de l'absent.

                    *

Que mon dernier souffle, emporté 

Dans les parfums du vent d'été, 

Soit un soupir de volupté !

Qu'il vole, papillon charmé 

Par l'attrait des roses de mai, 

Sur les lèvres du bien-aimé !

 

Le coffret de santal,

Alphonse Lemerre ; J. Gay et fils éditeurs, 1873

 

Du même auteur :

Matin (16/08/2016)

A des amants (17/03/2019)