mediatheque-poesie-au-quotidien-avec-yvon-le-men[1]

 

Ma mère

 

 

Elle est assise

dans ses quarante kilos

devant la mer

 

vaste

comme les questions

qu’elle se pose

 

j’imagine

devant la mort.

 

 

Elle est assise

sous ses yeux

et sous le ciel

 

ses yeux regardent

et gardent ce qu’ils regardent

 

dans sa main

qu’elle dépliera de l’autre côté

 

comme un enfant montre ses billes

au soleil

et à ses copains

 

Elle entraîne ses yeux

à l’horizon

 

elle s’entraîne

au point de non – retour.

 

 

Assise

dans ses quarante kilos

dans ses quatre-vingt-deux ans

 

elle vérifie une dernière fois

le tour de la terre

par la mer

 

avec ses yeux

elle marche sur l’eau.

 

 

Elle cogne à l’horizon

pour ouvrir

à la mer

 

la porte du ciel.

 

 

Elle se prépare

pour être la première

le dernier jour.

 

Ouest-France, 2008

Du même auteur : 

« Seule la mer éclaire ton visage… » (16/05/2014)

Enez Aval (16/05/2016)

Saint-Michel de Brasparts (16/05/2017)

Vue sur le Mont (07/05/2018)

Inconnus mais pas étrangers (07/05/2019)