3026_b_3920[1]

------------------

L’alouette,  sur son lit de terre, dès que le matin point

Ecoute en silence ; puis, s’élançant du champ de blé qui

   ondule, à pleine voix

Conduit le chœur du jour : son trille éperdu

Montant sur les ailes de la lumière dans le vaste Espace

Retentit en écho dans l’adorable azur et la brillante Sphère

   des cieux.

Sa gorge étroite lutte avec l’inspiration ; toutes les plumes

De sa gorge, de sa poitrine, de ses ailes vibrent du souffle

   Divin.

Toute la nature l’écoute en silence, et l’auguste Soleil

S’arrête sur les Monts, laissant tomber un petit oiseau

Un regard de douce humilité, d’émerveillement, d’amour

   et de respect.

Alors, à pleine voix, de leurs verts bosquets tous les oiseaux

   entonnent leur Chant :

Grive, Linot, Chardonneret, Rouge-gorge et Roitelet

Eveillent le Soleil de son doux songe sur les Monts.

Le Rossignol de nouveau module son chant, et, tout le jour

Comme toute la nuit, épanche de son inépuisable gazouillement,

   tous les oiseaux chanteurs

Ecoutant attentifs ses            accents éclatants, avec admiration et amour.

--------------------

 

Traduit de l’anglais par Madeleine. L Cazamian

In, « William Blake, Poems/poèmes »

Editions Aubier-Flammarion (Bilingue), 1968

 

Du même auteur : Proverbes de l’Enfer / Proverbs of Hell (09/11/2018)

 

 

The Lark, sitting upon his earthy bed, just as the morn 

Appears, listens silent; then, springing from the waving corn-field, loud 

He leads the Choir of Day—trill! trill! trill! trill! 

Mounting upon the wings of light into the great Expanse,,

Re-echoing against the lovely blue and shining heavenly Shell; 

His little throat labours with inspiration; every feather 

On throat and breast and wings vibrates with the effluence Divine’ 

All Nature listens silent to him, and the awful Sun 

Stands still upon the mountain looking on this little Bird 

With eyes of soft humility and wonder, love and awe. 

Then loud from their green covert all the Birds begin their song: 

The Thrush, the Linnet and the Goldfinch, Robin and the Wren 

Awake the Sun from his sweet revery upon the mountain: 

The Nightingale again assays his song, and thro’ the day

 And thro’ the night warbles luxuriant; every Bird of song

 Attending his loud harmony with admiration and love 

 

Milton, 1804-1810

Poème précédent en anglais :

Charlesb Bukowski : « elle me disait : tu es une vraie bête…/ you’re a beast, she said » (10/02/2015)

Poème suivant en anglais :

David – Herbert Lawrence  : La nef de mort / The ship of death (10/06/2015)