349057970

               les Vieux

les vieillards punais plus ne regardent

dans le présent leurs yeux ne reflètent

que feuilles mortes longuement ils siègent

dans leur privé mains noueuses en prière

ils songent aux beaux seins de leur jeunesse

               bleus étés sur la plage

               jardins reclos des vierges

sous le peigne leurs cheveux tombent en plocs

               sales et grisâtres

puis ont le droit de contempler les canards

à bec orange ou rose sur la mare : une vache y

vient à pas lourds boire les yeux lucides ou

               opiniâtres ou encore béants

le soir ils rêvent qu’ils dorment dans des bras

blottis comme jadis dans les hôtels ou les bouges,

les jonquilles d’avril n’enchantent plus leur

               maison délabrée

 

A la vieille Parque,

Editions Gallimard, 1989

 

Du même auteur :

(Messe blanche) (19/04/2016)

(Memento mori.) (19/04/2017)

(Ni vie ni mort) (19/04/2018)

Dans les matinées (19/04/2019)

A une lectrice d’arbres (19/04/2020)