6832_b_2538[1]

 

elle me disait : tu es une vraie bête

avec ton gros ventre blanc

et tes pieds velus.

tu ne coupes jamais tes ongles

et tu as des mains rondes

et souples comme un chat

et ton pif rouge brille comme un phare

mais tu as les plus belles couilles

que j’ai jamais vues.

tu lâches ton foutre comme

une baleine lâche son jet.

 

bête, tu es ma bête,

et que je t’embrasse et que je t’embrasse :

qu’est-ce que tu prends

pour ton petit déjeuner ?

 

Traduit de l’américain par Gérard Guéguan

In, « Charles Bukowski, L’amour est un chien de l’enfer »

Editions Grasset & Fasquelle, 1989

 Du même auteur : L’écrasement / The crunch  (10/02/2016) 

 

you’re a beast, she said

your big white belly

and those hairy feet.

you never cut your nails

and you have fat hands

paws like a cat

your bright red nose

and the biggest balls

I’ve ever seen.

you shoot sperm like a

whale shoots water out of the

hole in its back.

 

 

beast beast beast

she kissed me,

what do you want for

breakfast?

 

Love is a Dog from Hell, 

Black Sparrow Press,Santa Rosa (Californie), 1977

Poème précédent en anglais : 

Jack Kerouac : 162ème chorus /162nd chorus (08/02/2015)

Poème suivant en anglais :

William Blake  : “ L’alouette,  sur son lit de terre… / The Lark, sitting upon his earthy bed…” (29/04/2015)