23198_b_3410[1]

162ème chorus

 

 

LES REVES DE BILL

Filles minces en kimonos légers

De soie bleue, gaze légère,

Longs, et transparents,

Couchées, mi-assises,

Fumant de très longs tubes

Dans lesquels de temps en temps

Un servant met des drogues,

Dans un bol central,

     Et tandis qu’elles fument

     Un serviteur asperge

     leurs yeux de poudre

            de talc

Et leurs yeux battent

 De joie.

     Puis, de retour aux Tombes,

            Il fume dans sa cellule 

            Et la fumée devient 

            Personnages chantant disparaissant

            Et reparaissant avec la fumée

            Et un mec qui passe du pain

                    Le passe - 

 

Transposé de l’américain par Pierre Joris,

In, « Kerouac, mexico city blues 2 »

Chritian Bourgois éditeur, 1977 

Du même auteur :

127ème chorus / 127th chorus (27/02/2017)

66ème chorus / 66th chorus (27/03/2018)

 

 

 

162nd chorus

 

BILL’S DREAMS

Slim girls in thin kimonos

Of blues silk, thin gossamer,

Long, that you could see thru,

Lying down, half-sitting,

Smoking through long tubes

In which every once in a while

An attendant places drug,

In a central bowl,

     And as they smoke on

     An attendant sprinkles

     their eyes with talcum

            power

And they flutter their eyes

To the joy of it.

     Then, back in the Tombs,

            He’s smoking in his cell

            And the smoke became

            Singing people fading

            And coming with smoke

            and a guy passing bread

                   passing him up –

 

Mexico city blues, Grove Press,1959

Poème précédent en anglais :

William Shakespeare : « C’est quand mon œil est clos… » / “ When most I wink…” (02/02/2015)

Poème suivant en anglais :

Charles Bukowski :  « elle me disait : tu es une vraie bête…/ you’re a beast, she said » (10/02/2015)