csm_01-13-02_novalis_1dab0fea4d[1]

Hymne à la nuit

II 

 

     Faut-il toujours que le matin revienne ? L’empire de ce monde ne

prend-il jamais fin ? Une fatale activité engloutit les élans divins de

la Nuit qui s’approche. Ne va-t-il donc jamais, le sacrifice occulte de

l’Amour, éternellement brûler ?

     La lumière a son temps, qui lui fut mesuré ; mais le royaume de la

Nuit est hors le temps et l’espace.- Et c’est l’éternité que le sommeil a

pour durée.

     Sommeil sacré ! ne t’en viens pas trop rarement, durant le terrestre

labour du jour, combler de tes félicités les adeptes fidèles de la Nuit. Les

insensés uniquement te méconnaissent et ne savent point d’autre sommeil

que l’ombre que tu jettes, par compassion pour nous, au crépuscule de la

nuit évidente. Ils ne te sentent point dans le flot d’or des grappes – dans

l’huile miraculeuse de l’amandier ou dans la brune sève du pavot. Ils ne le

savent pas, que c’est toi qui nimbes ainsi le tendre sein de la vierge et nous

fais de son cœur un paradis. Ils ne pressentent pas que, te levant des

légendes anciennes, tu t’avances vers nous, ouvrant le ciel, et tu portes la

clef qui ouvre les demeures de la béatitude, silencieux messager des infinis

mystères.

 

Traduit de l’allemand par Armel Guerne.

In, « Novalis, Oeuvres complètes », Editions Gallimard, 1975  

 

 

 

Du même auteur : 

« Quand ce ne seront plus les nombres et les figures » / « Wenn nicht mehr Zahlen und Figuren » (01/02/2016)

« Les prés se sont recouverts de verdure… » / « Es färbte sich die Wiese grün… » (01/02/2017)

 

 

 

 

Hymnen an die nacht

II

 

   Muss immer der Morgen wierderkommen? Ender nie des Irdischen Gewalt?

unselige Geschäftigkeit verzehrt den himmlischen Anflug der Nacht. Wird nie

der Liebe geheimes Opfer ewig brennen? Zugemessen ward dem Lichte seine

Zeit; aber zeitlos und raumlos ist der Nacht Herrschaft. - Ewig ist die Dauer

des Schlafs. Heiliger Schlaf - beglücke zu selten nicht der Nacht Geweihte in

diesem irdischen Tagewerk. Nur die Thoren verkennen dich und wissen von

keinem Schlafe, als den Schatten, den du in jener Dämmerung der wahrhaften

Nacht mitleidig auf uns wirfst. Sie fühlen dich nicht in der goldnen Flut der

Trauben - in des Mandelbaums Wunderöl, und dem braunen Safte des Mohns.

Sie Wissen nicht, dass du es bist der des zarten Mädchens Busen umschwebt

uns zum Himmel den Schoss macht - ahnden nicht, dass aus alten Geschichten

du himmelöffnend entgegentrisst und den Schlüssel trägst zu den Wohnungen

der Selingen, unendlicher Geheimnisse schweigender Bote.

 

Revue "Athenaeum", Berlin, 1800

 

 Poème précédent en allemand :

Paul Celan : Fugue de mort / Todesfuge (1/12/2014)

Poème suivant en allemand :

Johann Wolfgang von Goethe :  Bienvenue et adieu / Willkommen und Abschied (22/06/2015)