87-auteurs[1]

A bout de crucifiements

 

     Il y eut un temps où des aubes morveuses se mouchaient sur nos têtes, où des

ciels crispés de colique s’essuyaient le derrière avec nos mains hygiéniques

     bonnes pour des latrines mal faites

     Il y eut un temps où des amygdales de haine crevaient dans nos gorges, où

nos yeux transpercés d’insomnie se consumaient au brasier des guerres tribales,

où couchés dans l’humus des forêts, la femme enceinte gratifiait de sa nudité les

herbes alentour, la fille vierge accouchait d’un bâtard sur la natte des feuilles

mortes et l’homme traqué par l’angoisse agonisait

     en beuglant les noms de ses fils absents

     Il y eut un temps…

     et nous vivions blottis l’un contre l’autre, ayant pour seuls compagnons que

des monceaux de cadavres et la peur qui ridait nos visages d’adolescents.

 

     Te rappelles-tu tout cela ?

     Mais voici que l’aube s’efface, le ciel se rétablit. A bout

     de crucifiements, nos cœurs ont butiné

     sur la corolle de l’espoir

     et nos mains sont propres

     pour des tâches

     nouvelles

 

Préludes à la terre, Editions Mont Noir, Kinshasa, 1971

 

Du même auteur : Balbutiements (12/ 01/2016)