jacques-roubaud[1]

            140

 

utsutsu wo mo

          utsusu to sara ni

                       omowaneba 

    yume wo mo yume to

              nani ka omowamu

 

                       puisque je pense 

que le réel 

        n’est réel en rien

           comment croirais-je

    que les rêves sont rêves 

 

Mono no aware : le sentiment des choses (cent quarante-trois poèmes empruntés au japonais)

Editions Gallimard, 1970      

 

Du même auteur :

Lettre à Maria Gisborne (05/12/2015)

« église des pins… » (05/12/2016)

Un jour de juin (05/12/2017)

 

« nuit ... » (05/12/2018)