Un souvenir

 

C’était un jour glacial.

Je prenais café sur café.

 

Tu ne faisais sans un mot

que casser des allumettes.

 

Les chemins de nos vies

bifurquaient.

 

Traduit du coréen par Henri-Charles Alleaume et Choé Joo-Young

In, Revue « Europe, N° 936, Avril 2007 »