0001[1]

Il se meurt d’amour, mon ami,

et moi je ne le crois guère ;

il me dit qu’il s’en vient

pour mourir, près de moi ;

     je souhaite de tout cœur

     voir s’il meurt, oui ou non.

 

Par message il me demande

de lui permettre de mourir

ici, par amour pour moi,

que je le vois, quand il mourra ;

     je souhaite de tout cœur

     voir s’il meurt, oui ou non.

 

Qu’aucune femme jamais ne croit

qu’on meurt ainsi, pour elle !

Je n’ai jamais rien vu de tel,

Et puis, s’il veut mourir, qu’il meure !

     je souhaite de tout cœur

     voir s’il meurt, oui ou non.

 

Traduit du galégo-portugais, par Henry Deluy

In,  Henry Deluy « Troubadours galégo-portugais, une anthologie », Editions P.O.L., 1987

 

Morr'o meu amigo d'amor

e eu non volho creo ben

e el mi dizer logo por en

ca verrá morrer u eu for,

e a min praz de coraçon

por veer se morre, se non

Enviou m'el assi dizer:

que eu, por mesura de min,

o leixasse morrer aqui

e o veja quando morrer;

e a min praz de coraçon

por veer se morre, se non

Mais nunca ja crea molher

que por ela morren assi,

ca nunca eu esse tal vi,

e el moira, se lhi prouguer,

e a min praz de coraçon

por veer se morre, se non