29 novembre 2014

Gérard Le Gouic (1936 - ) : « Quand ma chienne me regarde… »

      Quand ma chienne me regarde ses yeux se posent en vérité  dans mon dos sur le vaisselier ou sur la ligne des arbres par la fenêtre ouverte. Elle me regarde comme à travers une porte en perles et c’est l’au-delà qu’elle voit et par moments qui l’inquiète.     Autoportraits en noir et bleu, in Revue « Poésie présente. Cahiers trimestriels de Poésie. XXIII ». Editions Rougerie, 1977   Du même auteur : Troisième île (29/11/2015) Cairn de Barnenez (29/11/2016)... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2014

Wolfdietrich Schnurre (1920 - 1989): Adoration / Anbetung

Adoration   Je ne suis pas un roi ; ma bicyclette est posée contre cette étable et tout ce que j’apporte,  c’est l’angoisse : tu vas fuir à présent.   L’âne a déjà fini de plonger son museau tendre, qu’orne un anneau, dans l’orge dorée, bientôt plus pâle aussi sera la blancheur des colombes, et le matin donne l’alerte.   Marie se mire dans une boîte de conserve vide, dont le rond déforme son image ; sa bouche s’exerce à sourire, elle veut s’endurcir.     Le briquet que... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
27 novembre 2014

Djalal ad-Dīn Muhammad Rūmī (جلال‌الدین محمد رومی / (1273 - 1207 : Parabole de l’éléphant

  Parabole de l’éléphant   ----------------------- L’œil de la mer est une chose, l’écume en est une autre ; délaisse l’écume et regarde avec l’œil de la mer.   Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume non la mer. Que c’est étrange !   Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques ; nos yeux sont aveuglés ; l’eau est pourtant claire.   O toi qui t’es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l’eau ;... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
26 novembre 2014

Jean Mambrino (1923 – 2012) : Le

  Le   Le vent coule si paisible sur le sommeil de la prairie que les herbes semblent inventer la brise en rêve.   Et les nuages passent sans bouger tellement ils sont haut et loin de nos pensées.   Et les pensées se perdent dans le bleu d’un autre ciel.   Alors respire le rien.   « Ainsi ruse le mystère. Poèmes. »  Editions José Corti, 1983   Du même auteur : Clairière (1 – 9) (26/11/2015) L’aube (26/11/2016) Le point du jour (21/11/2017) ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 novembre 2014

Evguéni Mikhaïlovitch Vinokourov / Евгений Михайлович Винокуров (1925 - 1993) : Avec mes yeux // моими глазами

Avec mes yeux   Je mourrai tout entier. Pour de vrai une fois pour toutes. Je mourrai dans le plein sens du terme. Je ne me changerai pas en herbe, en fleurs, en scarabée. Il ne restera rien de moi. Je ne participerai pas au cycle de la nature. A quoi bon se flatter ? – Le squelette qui restera après moi, ce n’est pas moi. Les poètes mentent. Il faut être impitoyable. « Rien » - Voilà ce qui reposera sous un petit tertre au cimetière.   Tu viendras, t’appuyant sur ton parapluie, Tu resteras... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2014

Rabindranath Tagore / রবীন্দ্রনাথ ঠাকুর (1861 – 1941) : « Le même fleuve de vie… »

  Le même fleuve de vie qui court à travers mes veines nuit et jour court à travers      le monde  et danse en pulsations rythmées. C’est cette même vie qui pousse à travers la poudre de la terre sa joie en innombrables brind’herbes, et éclate en fougueuse vagues de feuilles et de fleurs. C’est cette même vie que balancent flux et reflux dans l’océan-berceau de la naissance      et de la Mort. Je sens mes membres glorifiés au toucher de cette vie universelle. Et je... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 novembre 2014

Rainer – Maria Rilke (1875 – 1926) : Naissance de Vénus / Geburt der Venus

Naissance de Vénus   Ce matin-là après la nuit qui s’en fut timide, remplies d’appels, d’alarmes, de tumultes, - toute mer poussant un cri encore une fois se fendit. Et tandis que le cri se refermait lentement, que du ciel blême commencement et jour tombaient dans l’abîme muet des poissons – : naquit la mer.   La chevelure d’écume de la vaste matrice brillait dans les premiers rayons du soleil. A la lisière se dressa blanche, humide et troublée la jeune fille. Telle une jeune feuille qui tremble s’étire et... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 novembre 2014

Jiang He / 江河 (1949 - ) : Poème inachevé

    Poème inachevé 1 . Histoire millénaire   Je suis cloué au mur de la prison le temps noir se condense  corbeaux qui se rassemblent en groupe de chaque coin du monde de toutes les nuits de l’Histoire et lacèrent à mort un à un les héros sur ce pan de mur la souffrance des héros se transforme en pierre plus solitaire que les montagnes afin d’ouvrir un chemin et de créer afin de donner à leur race un caractère les héros se font crucifier le vent érode la pluie fouette des images indécises... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
21 novembre 2014

Arséni Alexandrovitch Tarkovski / Арсе́ний Алекса́ндрович Тарко́вский, (1097 - 1989) : Après la guerre

  Après la guerre III Parfois, couché sous la chaleur d’été Et regardant le ciel lorsque l’air chaud Comme un berceau se balance sur toi, Tu sens un coin de sentiment étrange : Dans le berceau, il est une fissure Par où un froid de l’autre monde tombe Comme une aiguille en glace dans ton corps…   Traduit du russe par André Markowicz In « Poésie russe ». Anthologie du XVIIIe au XXe siècle, présentée par Efim Etkind Editions La découverte / Maspéro, 1983   После войны     ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 novembre 2014

Giuseppe Ungaretti (1888 – 1970) : Où la lumière / Dove la luce

  la lumière   Comme alouette ondoyante Au vent gai sur les prés jeunes, Viens, mes bras te savent légère. Nous oublierons ici-bas Et le mal et le ciel, Mon sang trop rapide à la guerre, Les pas d’ombres qui se souviennent En des rougeurs d’aubes nouvelles. Où la lumière n’émeut plus de feuilles, Soucis et songes débardés sur d’autres rives, Où le soir s’est posé, Viens, je te porterai Aux collines dorées. L’heure stable, délivrés de l’âge, Dans son halo perdu, Sera notre lit. 1930 ... [Lire la suite]
Posté par bernard22 à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :