36764_b_6209[1]

Parabole de l’éléphant

 

-----------------------

L’œil de la mer est une chose, l’écume en est une autre ; délaisse l’écume et regarde

avec l’œil de la mer.

 

Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume

non la mer. Que c’est étrange !

 

Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques ; nos yeux sont

aveuglés ; l’eau est pourtant claire.

 

O toi qui t’es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l’eau ; contemple l’Eau de l’eau.

 

L’eau a une eau qui la pousse, l’esprit un Esprit qui l’appelle.

 

Traduit du persan par Eva de Vitray-Meyerovitch

in, "Anthologie du soufisme",

Editions Islam / Sindbad, 1978

 

Du même auteur :

« Au matin, une lune apparut dans le ciel… » (27/11/2015)

« … Comme les oiseaux de mer » (30/12/2016)