ungarett[1]

la lumière

 

Comme alouette ondoyante

Au vent gai sur les prés jeunes,

Viens, mes bras te savent légère.

Nous oublierons ici-bas

Et le mal et le ciel,

Mon sang trop rapide à la guerre,

Les pas d’ombres qui se souviennent

En des rougeurs d’aubes nouvelles.

Où la lumière n’émeut plus de feuilles,

Soucis et songes débardés sur d’autres rives,

Où le soir s’est posé,

Viens, je te porterai

Aux collines dorées.

L’heure stable, délivrés de l’âge,

Dans son halo perdu,

Sera notre lit.

1930

Traduit de l’italien par Philippe Jaccottet

In  Giuseppe Ungaretti : « Vie d’un homme. Poésie 1914 -1970 »,

Gallimard,1973

 

Du même auteur : 

La Pitié / La Pietà (13/05/2016)

Les fleuves / I fiumi (13/05/2017)

 Vanité / Vanità (13/05/2018)

 

J’ai tout perdu / Tutto ho perduto -13/05/2019)

 

 

 Dove la luce

 

Come allodola ondosa

Nel vento lieto sui giovani prati,

Le braccia ti sanno leggera, vieni.

 

Ci scorderemo di quaggiù,

E del mare e del cielo,

E del mio sangue rapido alla guerra,

Di passi d'ombre memori

Entro rossori di mattine nuove.

 

Dove non muove foglia più la luce,

Sogni e crucci passati ad altre rive,

Dov'è posata sera,

Vieni ti porterò

Alle colline d'oro.

 

L'ora costante, liberi d'età,

Nel suo perduto nimbo

Sarà nostro lenzuolo

1930

 

 

Sentimento del tempo,

Vallecchi ( Firenze), 1933

Poème précédent en italien : 

Salvatore Quasimodo : Et c’est bientôt le soir / Ed è subito sera (20/11/2014)

Poème suivant en italien: 

Pier Paolo Pasolini  : « Il suffit d’un instant de paix …» / « Un po’ di pace basta… » (09/12/2014)