bertran_obree[1]

En Automne

 

Voici des fleurs ensoleillées sur les tombes

glacées, des femmes caressant les pierres

noires avec des chiffons blancs, des foules

marchant sur le gravier froid

 

La toussaint, et l’hiver qui approche dans la

nuit sans fin

 

En Automne, les quartiers des pommiers

chantent des plaintes dans les bourrasques

aussi blanches que la peau des vieilles

femmes qui s’éteignent

Les feuilles épuisées se laissent écraser sur la

terre boueuse

Les pommes rêvent au pommé qui descendra

dans la gorge des enfants

 

C’est l’hiver qui approche

Les cheminées appellent le vent aussi blanc

que la peau d’un vieil homme endormi pour

de bon

Les cheminées aux châtaignes noircies,

aux pommes de terre beurrées

Les cheminées aux pommes cuites

Les cheminées qui rougissent les mains

d’une fille dont l’amant pour un an est parti

loin d’ici

 

C’est l’hiver qui approche

Les chênes aux feuilles brûlées chantent

des plaintes dans le vent aussi blanc qu’un

cœur de gland

 

C’est l’hiver qui approche

 

Traduit du gallo par l’auteur

In revue « Hopala, N° 12, Novembre 2002 – Février 2003 »

 

Enn Aotonn

 

Vaisi déz fllour ensoulayé su léz tonb

g°roué *, déz bonn-fom cherisan léz roch

nairr do déz peyot bllanç, déz foulé marchan

su l’gravier fred

 

La tousént, e l’ivé qh’ap°rch den la net qhi

n’fini pâ

 

Enn Aotonn, lèz fouyé déz pomiér chanten

déz pllént den léz venté ousi bllanch com la

piao éz veyy fom qhi s’etéignen

Léz fouyy vané s’lésen chaer ssu la térr

bouyonouz

Léz pom sonjen den l’pome qhi dvalra la

gorj ézz efant

 

S’e l’ivé qh’ap°rch

Léz chminé aplen l’vent ousi bllanç com

la piao a én veyy om endormi tot d’bon

Léz chminé éz châteign nèrsî, èz patach beûré

Léz chminé éz pom qhett

Léz chminé qhi roujisen  léz mén a enn fiyy

q’son bonamin pourr enn âné  s’é parti

léin d’isi

 

S’e l’ivé qh’ap°rch

Lé chénn éz fouyy brulé chanten déz pllént

d°yandra

 

S’e l’ivé qh’ap°rch

 

* Le signe ° note la voyelle d’appui pronocée comme le graphème « e ». Ell n’est écrite que lorsqu’elle est présente pour assurer la syllabation.

 

 

 

Poème suivant en gallo :

 

Jacqueline Rebours : langue bussonnière  (28/09/2015)