Capture+d’écran+2010-09-04+à+12

Du bout du sabre

 

   Nous autres, sur nos chevaux, n'entendons rien aux semailles. Mais toute terre

labourable au trot, qui se peut courir dans l'herbe,

   Nous l'avons courue.

   Nous ne daignons point bâtir murailles ni temples, mais toute ville qui se peut

brûler avec ses murs et ses temples,

   Nous l'avons brûlée.

   Nous honorons précieusement nos femmes qui sont toutes d'un très haut rang.

Mais les autres qui se peuvent  renverser, écarter et prendre,

   Nous les avons prises.

   Notre sceau est un fer de lance : notre habit de fête une cuirasse où la rosée

cristallise : notre soie est tissée de crins.  L'autre, plus douce, qui se peut vendre,

   Nous l'avons vendue.

*

    Sans frontières, parfois sans nom, nous ne régnons pas, nous allons. Mais tout ce

que l'on taille et fend, ce que l'on  cloue et qu'on divise...

   Tout ce qui peut se faire, enfin, du bout du sabre,

   Nous l'avons fait.

 

Stèles, Pékin,1912

 

Du même auteur :

Eloge et pouvoir de l’absence (25/09/2015)

Edit Funéraire (06/09/2016)

Tô-Bod (05/09/2017)

Nom caché (05/09/2018)

Prière au ciel sur l’esplanade nue (04/09/2019)