Gwendal%20Denez[1]

Les dimanches d’hiver

 

les dimanches d’hiver sont une saloperie

les églises vomissent leurs ventrées de vieux en noir

sur le porche

qui dérivent le long de la place inclinée du bourg

et s’agglutinent autour des croix du cimetière

vieux aux regards humides

aux odeurs de messe et d’encens

les yeux fixés sur leurs mains

mains tordues mains cagneuses

mains ridées mains fripées

et s’éloignent lentement

quand l’odeur du poulet rôti

leur pique les narines

rêvent-ils encore ?

les dimanches d’hiver sont une saloperie

grands ciels blanc-gris

longs après-midi d’ennui

le cri aigre du vent

gerçant les rues désertes

relents de café frais flottant dans les cuisines

bientôt les oiseaux de proie viendront prendre

les ombres ramollies du soir

bientôt les nuages vont se fondre dans l’obscurité

et là-bas au-dessus des basses landes

on verra des yeux percer la nuit

dans l’espace figé

des yeux cicatrisés

prématurément aveuglés

 

les dimanches d’hiver sont une vraie saloperie

 

Traduit du breton par l’auteur,

In revue « Hopala », N°14, juillet-octobre 2003

 

 

Sul ar goañv

 

Sul ar goañv

Ur c’hast eo sul ar goañv

e ilizadoù kozhidi gwisket du

voc’het dirak an nor-dal

aloubiñ ’reont

gwiler war wintell ar bourk

tamolodet en-dro da groazioù ar vered

kozhidi o selloù gleb

c’hwezh an oferenn-bred hag an ezañs

speget outo

sellout a reont ouzh o daouarn

daouarn remmet daouarn gweñv

daouarn krinet ha krizet

ha pellaat war o fouezig

gant frond yar rostet o lein

leun o fronelloù

hag huñvreal a reont c’hoazh ?

eu c’hast eo sul ar goañv

e oab! où louet disked

e endervezhioù enoe

yud an avelioù yen

o spinac’hañ ar straedoù didud

flaer ar c’hafe fresk

o flojañ er gegin

emberr e lazho an evned-preizh

skeudoù pezhell an abardaez

emberr e steuzio ar c’houmoul

g’an amc’houloù o c’hounit

hag a-us da lanneier an draonienn

e vo gwelet er pellder

daoulagad o toullañ an noz

en ec’honder dilusk

daoulagad kleizennet

dalet a-raok ar c’houlz

 

ur c’hast eo sul ar goañv

Poème précédent en breton :

 

Anjela Duval  : Poèmes de jour, poèmes de nuit / Barzhonegoù noz, barzhonegoù deiz (01/06/2014)

 

Poème suivant en breton :

Fañch Peru : « Ruisseau courant sur les galets / Gouredenn war a bili (02/10/2014)