Le-Beuze-Alain2_3[1]

Hauteur du lieu

(extrait)

I

     Rien ici

où tenir

 

     pas même un arbre

un muret

 

     rien

 

seulement les herbes

 

     jetées en vrac

comme  dédiées à l’oubli

*

nulle route

dans cette ébriété de lignes

 

nulle pierre, nulle herbe

pour essarter la peur

 

     le bleu menaçant

et la horde ininterrompue des dunes

 

     dans la lumière

des silhouettes peureuses

font vaciller l’immense

 

     ta main juste ta main

comme repère

            ou illusion

 

marcher là

     fouler ces friches de lumières

c’est réponse à l’oubli

*

     Sur le chemin déhalé

l’herbe récidive avec peine

soumise aux cadences de la soif

     dans les manufactures du vent

 

     parmi les pierres

l’herbe sait

distrait la peur qui culmine

*

     toujours ce gris

agacé

     cette eau comme étourdie

où l’herbe palabre à loisir

 

     là

l’amorce d’un talus

     puis rien

     peut-être

la terre séduite

 

et toujours ce gris

cette lancinante odeur du vertige

*

dès la première suée du jour

la terre se déshabille de ses rumeurs d’ombre

 

     le vent s’éprend des dunes

soulève la pudeur du sable

 

     déjà la lumière houleuse

          baigne leur nudité

 

au loin

     les routes ressassent l’exil

 

dans l’herbe

          les voix des morts

 

(eux peut-être ont atteint

la marée de l’absente)

 

     déjà

la peur te ressemble

 

(eux ont la paix torride

du sommeil)

*

    La neige préface

ce lieu sans issue

visité par des vents                         apatrides

 

     et ce blanc

qu’aucun arbre n’accuse

 

     durer ici

relève du prodige

II

là-haut

 

     le chemin attentif

     à la terre démontée

foule les tentures de l’air

 

     des motifs d’herbe

remaillent les fiefs de l’oubli

 

ici

     chaque éboulement de pierre

     est une confidence faite à l’abîme

*

au bord du néant

     l’herbe dévore l’aire orageuse

     des abîmes où se défont les fresques

d’ombres sous les huées de la lumière

 

et les mots jettent là

leur présence fortuite

 

in revue " Poésie Bretagne ", N° 5, Mai 1985

 

Du même auteur :

suite des ténèbres (13/09/2016)

Exil (13/09/2017)

La charrette (13/09/2018)