Oliver_Friggieri[1]

Pèlerin distrait

Elégie pour un enfant mort avant de naître

Il est des fleurs qui n’éclosent  pas, des fruits flétris

peu avant la cueillette, du blé qui se couche

à la veille de la moisson, des nuits qui  attendent

le lever d'un soleil qui connut le couchant

sans avoir connu l’aube.

Tu es une bougie qui ne brûle pas, un poème

écrit en vain, tu es un mot du dictionnaire

d'une langue que nul ne connaît, une crypte

où nul n’est descendu, un temps vide,

un oiseau qui ne chante pas, tu es une fausse monnaie -

tu es mon fils.

 

Obscur au cœur des vallées,

bercé par la haute mer,

pendant longtemps, pendant longtemps

tu attendis que vienne l’ heure.


A l’oreille tout bas tu m’as dit

des mots secrets : jamais, jamais,

tu as chanté la triste élégie

de celui qui n’existe pas.

 

 

Ensemble nous avons parlé

Sur un rythme au goût de l'éternité,

tu balbutias des syllabes noires,

bible de vérité.

Un voyage accompli en vain,

un jour qui n’a pas eu d’aurore,

une mélodie qui se tait,

horreur, horreur, horreur.

 

 

Enseveli sans funérailles,

pleuré sans verser une larme,

laissez-le se reposer en paix,

c’est tout le destin qui lui reste.


De son sommeil ne le réveillez pas,

ne criez pas pour ne point l’effrayer ;

puisqu’il sait déjà tout, faites silence.

Pourquoi chercher à le proscrire ?

 

Pèlerin distrait tu t’es perdu,

toi, oeillet sans odeur, nom sans prénom,

prénom sans nom, tu n'es rien - tu es mon fils.

 

Traduit du maltais par Martine Vanhove, Revue « Europe »

 

 

Pellegrin distratt

Eleġija għal tifel li miet qabel twieled

 

Hemm ward li ma jiftaħx, hemm frott li jinxef

sigħat qabel jinqata', hemm qamħ li jaqa'

lejlet il-hsad, hemm lejl qiegħed jistenna

żeniq ta' xemx li niżlet qabel telgħet.

Int xemgħa li ma xgħeltx, int poeżija

miktuba għalxejn, int kelma f'dizzjunarju

ta' lingwa mhux magħrufa, katakombi

li fik ma jirfes ħadd, int knisja vojta,

għasfur bla kant, munita falza - int ibni.

 

 

Fil-kontinent skur tiegħek

tkaxkart qalb il-widien,

tbandalt mal-meġw tal-ibħra,

stennejt, stennejt iż-żmien.

 

 

Bi Isien sigriek kellimtni

dil-kelma ta'qatt, qatt,

kantajtli l-eleġija

ta' bniedem li mhu hadd.

 

 

Kellimtek u kellimtni

b'ritmu t'eternità,

laqlaqt sillabi suwed,

Bibbja ta' verità.

Dal-vjaġġ inutli tiegħek,

dal-jum li ma sebaħx,

dil-melodija muta

tal-waħx tal-waħx, tal-waħx.

 

 

Dfinniek bla funerali,

bkejniek bla qatra dmugħ,

għejejt fil-mixja, kmieni.

Jixtieq jistrieħ - ħalluh!

 

Tqajmuħx għax in-ngħas ħadu,

tgħajtux għaliex tasħduh;

tfeħmuhx, għax ga fehem kollox.

Għaliex sejrin tarmuh?

 

Intb pellegrin distratt li tilef triqtu,

int qronfla li ma tfuħx, kunjom bla isem,

u isem bla kunjom, int xejn - int ibni.

 

 

Poème suivant en maltais :

Immanuel Misfud  : Poème de la vieille tsigane /Il. Poeżija taż – żingara xiħa (13/09/2015)