emmanuel_pierre1x[1]

IN TENEBRIS

À  Arthur  Louriê.

Quand  la  musique  de  mes  yeux  se  sera  tue

quand  mon  Ombre  descellera  le  jour  de  pierre

quand  mes  mains  ne  feront  plus  obstacle  aux  nuées

quand  mon  oreille  aura  son  lit  parmi  les  astres

quand  les  cieux  oubliés  ma  bouche  ensableront

 

Alors  l'amère  lassitude  du  néant

ayant  quitté  ce  corps  qu'elle  avait  fait  pesant

et  Un  jusqu'à  l'inanition,  après  des  âges

d'usure  contre  dieu  absent  et  de  désir

de  froids  et  résistants  mouvements  vers  l'absurde

centre  vertigineux  de  la  douleur  ignée,

ce  corps  qui  gravitait  satellite  des  morts

dans  l'orbe  rigoureux  tracé  en  pure  gloire

par  Rien,  et  qui  jamais  ne  fut  écrit  en  rien

 

Alors  la  lassitude  illustre  d'être  un  moi

—  appareil  de  somptuaire  ennui  et  de  limites

mécanisant  de  l'œil  et  du  geste  le  Ciel  —

s'évanouira  dans  l'aube  tendre  de  son  vide

qui  l'enveloppe  et  la  pénètre  et  la  soutient.

Car  tout  est  vu  de  l'intérieur  par  son  absence

tout  prend  en  se  niant  sa  forme  la  plus  nue

qui  seule  comprend  dieu.  Ce  monde  que  je  fus

avare,  sans  un  vent  de  fraîcheur,  sans  un  arbre

ce  poids  en  dieu  de  la  détresse  de  mes  morts

jamais  il  n'inclina  vers  lui  les  douces  larmes

jamais  il  ne  défigura  le  front  du  ciel

Jamais  :  Ô  nom  terriblement  muet  du  monde

que  je  fus  qui  ne  fut  jamais  car  Je  est  mort.

 

Mais  que  reprenne  la  musique  d'autres  yeux

qu'une  autre  Ombre  voilée  de  jour  mûrisse  l'aube

que  d'autres  mains  jouent  de  la  laine  des  nuées

qu'une  autre  ouïe  s'éveille  au  chant  de  nouveaux astres

que  d'autres  lèvres  soient  humectées  de  cieux  marins 

 

Orphiques, Editions Gallimard, 1942

 

Du même auteur :

Interrogatoire (11/04/2016)

Les plaines sous le joug (11/04/2017)

Au nom secret (24/05/2017)