photoyvonlemencopyright[1]

 

     Seule la mer éclaire ton visage. Ton corps est dans un pull noir, un pantalon noir.

     Tes mains sont nues. Je suis près de toi, et tu ne bouges pas. Le matin est loin.

     La nuit est noire, si ce nest le reflet de l'eau flottant contre la lune. À chaque coup

de vague, tes yeux deviennent bleus. Il n'y a de bruit que le vent. D'échos que des

étoiles. Absentes.

     Tant que je ne taurai pas donné la main, nous ne souffrirons pas. À l'aube, l'enfance

sera rompue.

     Qui, le premier, s'est lancé vers l'autre ?

     La mer, dans le bleu-gris du jour, s'estompe. Le matin, au fond de la baie, réveille

les maisons, les mouettes détachées du ciel. Tes cheveux coulent sous mes doigts.

 


Un carré d'aube,

Editions Rougerie, 2004

Du même auteur :

« Ma mère… » (16/05/2015) 

Enez Aval (16/05/2016)

Saint-Michel de Brasparts (16/05/2017)

Vue sur le Mont (07/05/2018)

Inconnus mais pas étrangers (07/05/2019)